Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site

 


 

 

 

Le CARNAVAL de DUNKERQUE
Le Carnaval de Dunkerque

photo 2006 Gabriel.Baczkowski

Cette fête qui se déroule chaque année réunie les Dunkerquois qui pour l’occasion ont revêtu leurs déguisements. photo©www.carnaval-de-dunkerque.com
La foule qui se déplace dans les rues de la Ville en chantant des airs carnavalesques est guidée par une fanfare elle-même dirigée par le Tambour-major de la Ville. Les carnavaleux qui se tiennent par les coudes forment des lignes qui se suivent et envahissent les rues, ils forment ce que l’on appelle la "bande ".

Parfois les carnavaleux s’interrompent dans leur marche pour rejoindre des chapelles, s’arrêter au bistrot   Enfin le cortège va se terminer sur la grand place ou les carnavaleux vont se réunir pour le rigodon, le chahut final, puis chanter un hommage à Jean-Bart.

photo©www.carnaval-de-dunkerque.com >>

Dès le début du XIXe siècle le port de Dunkerque affiche déjà l’un des carnavals les plus originaux de France. La ville n’est devenue définitivement française qu’en 1662 sous Louis XIV. Elle fut francisée à la suite d’une ordonnance royale qui imposa peu à peu l’usage du français. Mais une bonne partie de la population, autant réfractaire au changement que sentimentalement attachée à ses traditions, continua à parler le flamand. Si bien qu’il n’est pas étonnant de retrouver encore aujourd’hui, dans les chansons du carnaval, quelques bribes de dialecte dunkerquois comme « donne un zô » (zô ou zôt’che est un baiser). Bon nombre de sociétés carnavalesques empruntent également leur nom au flamand, comme les Kakernesches (les plus jeunes des enfants), les Snustreraers (les fouines) ou encore la fameuse visscherbende (bande des pêcheurs).

photo©www.carnaval-de-dunkerque.com    La cohue des masques !
Pendant que les tambours battent le rappel, l’énorme pagaille s’organise. Les masquelours, méconnaissables sous leurs maquillages bariolés, se prennent bras dessus, bras dessous pour former des lignes. Les places du premier rang sont très convoitées car c’est là que l’engagement physique va être le plus complet. En effet, c’est aux premiers rangs qu’appartient le privilège de protéger les
musiciens de la foule qui les suit.
Au signal du tambour-major situé à l’avant-poste, fifres et tambours entament le rigodon d’honneur qui servait de rassemblement aux soldats de l’Empire. La foule compacte saute en cadence, on pousse déjà pour mettre les premières lignes à l’épreuve.
Le tambour-major, à la tête d’une soixantaine de musiciens vêtus du ciré et du suroît jaune des pêcheurs, ordonne que cesse le rigodon afin que les fifres reprennent des airs traditionnels de marche connus de tous. Le cortège s’ébranle. Déformée par les poussées soudaines, la cohue des masques avance en chantant, en hurlant plutôt dans les premiers rangs !
Durant quatre heures, la visscherbende déferle sur la ville comme une vague de fond au rythme des chahuts, des arrêts obligés des musiciens et des rendez-vous incontournables.
photo©www.carnaval-de-dunkerque.com

photo 2006 Gabriel.Baczkowski     Des harengs et des homards : 
Au passage devant l’Hôtel de Ville, cette masse compacte et colorée réclame son dû : une volée de 450 kilos de harengs saurs emballés sous cellophane (appelés aussi kippers) qui n’est pas sans rappeler le départ imminent des pêcheurs pour l’Islande*. Du haut du balcon central, le maire brandit un homard qu’il présente à la foule qui scande « Delebarre, des homards ». Une telle scène se reproduit six fois. Celui qui a la chance de s’emparer d’un homard (en plastique) peut le rapporter à la mairie où il lui sera remis en échange, un bon pour en obtenir un vrai dans une poissonnerie. En réalité bien peu le font car les carnavaleux préfèrent garder ce trophée pour le montrer à leurs amis…. Après quatre heures de fête, les carnavaleux se retrouvent au pied de la statue de Jean Bart pour la célèbre cantate (voir p.3) et le rigodon final. Une émotion, intense saisit alors la foule, un frisson court le long des poitrines et l’on assiste à la scène la plus poignante de la journée sans doute, celle qui permet à la bande de se transformer en une chaîne humaine chaleureuse.



photos Gabriel.Baczkowski  février 2006

Un parcours jalonné de « chapelles » 


Pour la plupart des masques, la bande est prétexte à d’innombrables pélerinages, appelés pour la circonstance « chapelles », qui jalonnent le parcours. Il est d’usage de visiter les maisons amies pour se faire inviter à boire et à manger. Le plus souvent, les masques se déplacent en petits groupes pour mettre à profit les bonnes adresses. Ces carnavaleux-là ne voient la bande que du haut des balcons,
derrière les fenêtres des maisons visitées, mais savent parfaitement recréer avec une vision plus haute la même ambiance. Ces haltes sont copieusement arrosées de bière et de soupe à l’oignon, ce qui permet aux gosiers largement mis à contribution de se désaltérer.

 

 

                          

des costumes magnifiques, des maquillages réussis, une ambiance bon-enfant... dans le quartier de La Citadelle : Lundi 3 mars 2003 , Quai Risban ...

  

         

photos: ©nordmag

=> Calendrier    Bals et Bandes

CARNAVAL...en Nord Pas de calais

    Quelques jours avant la période de jeûne du Carême ( lointain héritage de la période médiévale ) se met en place le Carnaval païen. On oppose Carnaval (du génois "carnavela": enlève-viande) & Carême (du latin "quadragesima": le quarantième jour) car la période qui va suivre le Mardi Gras sera une période de jeûne. Cela commence le jour de l'Épiphanie pour se terminer le Mercredi des Cendres. Il y a 40 jours de carême, entre le mercredi des cendres et le jour de Pâques. Historiquement, le carnaval désigne, d'un point de vue profane, toutes les manifestations festives (défilés costumés, bals) se déroulant ces jours là.
Sa Majesté Carnaval revient donc chaque année instaurer dans les villes et villages de notre région son règne d'abondance et de festivités : ripailles et libertés des mœurs sont au programme. Au XlVème siècle, il y a deux carnavals: en ville, la fête est organisée & spectaculaires. Dans les campagnes, le rituel est fortement lié aux saisons. L'ordre social, mis en place par la société d'Ancien Régime, est perturbé. On change d'identité, les hommes se déguisent en femme et vice-versa. C'est une période de réjouissances où il est d'usage que tous les protagonistes du Carnaval soient mis sur un même pied d'égalité.
Le temps le plus fort se déroule pendant les trois jours gras (dimanche, lundi et surtout mardi: le Mardi Gras) qui précèdent le mercredi des Cendres, début du Carême, quarante jours avant Pâques. En général, on ne mange pas de gras ni oeufs pendant le carême, la veille, le Mardi Gras, les gens utilisent ce qui leur reste de graisse et en profitent pour faire des fritures, beignets & crêpes.
Tous les excès permis dans les rues. On chante on crie; Par opposition au carême, le carnaval est donc une période de joie où les règles de la vie normale sont suspendus le temps de la fête. Les interdits sont exclus du langage et des représentations. Tout n'est qu'extravagance.

 

Les Géants du Nord

Comme chaque ville du Nord, Dunkerque possède ses géants et le carnaval est pour eux l’occasion de sortir en ville ! Les "Reuze" de Dunkerque
Depuis 2000, le Reuze et sa famille défilent à l’avant-bande pour ensuite se fondre dans le décor agité.
Reuze est l’un des plus anciens géants. C’est aux environs de l’an 1550 que serait née sa légende. Elle raconte l’histoire d’un méchant guerrier scandinave Allowyn, qui après avoir pillé Mardyck, voulut s’en prendre à Dunkerque. Mais à la descente de son drakkar, il se blessa gravement avec son épée et fut soigné par Saint-Éloi, l’évangélisateur de Dunkerque. Au seuil de ses 100 ans, le protecteur de la ville mourut et la cité en pleurs décida de lui rendre hommage en donnant son apparence à un mannequin d’osier. Au début du XXe siècle, Alfred Dumont, le maire de l’époque attaché aux traditions, fit construire une reuzinne Mietje et célébra en grande pompe le mariage. De cette union naquirent trois enfants,
Pietje, Boutje et Miesje, bien protégés par six gardes : Allowyn, Dagobert, Gélon, Goliath, Roland, et Samson. C’est véritablement après la Seconde Guerre mondiale que le Reuze accompagne le carnaval. Il est rejoint au cours de la décennie 90 par sa famille, ,oubliée pendant une cinquantaine d’années au fond
d’un bâtiment. => Calendrier des sorties

Les géants sont de sortie !
Créée en 1999, l’association « Les Amis du Reuze de Dunkerque et du Patrimoine folklorique du Dunkerquois » assure la gestion et l’entretien des onze mannequins d’osier avec l’appui de la municipalité et du Conseil général. Renouant avec la tradition, les géants « relookés » défilent désormais aux avant-bandes de Dunkerque et de Malo accompagnés des fifres, des tambours et du
public heureux de cette renaissance.
Pour plus d’information, contactez Ludovic Leu, président de l’association, au 06 62 32 53 90.

Les sites consacrés au Carnaval de Dunkerque...

http://www.le-carnaval.fr/index.shtml

http://www.dunkerque-tourisme.fr/fr/

http://www.carnaval-de-dunkerque.info/index.php/calendrier-carnaval-dunkerque-2017

http://dkdrage.fr/content/15-calendrier-dates-carnaval-de-dunkerque-2017

 

 

http://jlbphotoscarnaval.site.voila.fr

Association "Fifres et Tambours"de Dunkerque

 le blog photos de papydo
retrouvez chaque semaine, l actualité de la région nord pas de calais et du dunkerquois a travers les reportages photographiques de papydo reporter amateur

http://papydo.canalblog.com/

Carnaval de Steenvoorde :
http://www.les-amis-de-fromulus.com/

=>> retour  page " Dunkerque "
 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.