Un élément architectural majeur. Le théâtre du Château d’Hardelot – Centre Culturel de l’Entente Cordiale.

Publié par Nicolas CHALMIN le

Un théâtre élisabéthain circulaire tout en bois typique de ce style, sur le modèle du Globe à Londres.
« un lieu de culture consacré à l’entente franco-britannique »

La conception du théâtre a été confiée au cabinet d’architecture Studio Andrew Todd, lauréat du concours d’architectes initié en 2013 par le Département. Il conjugue les principales caractéristiques architecturales du théâtre élisabéthain anglais et les exigences d’un équipement culturel du XXIe siècle.

© Martin Aryroglo

© Martin Aryroglo Andrew Todd, architecte

Le premier théâtre permanent de forme néo-Shakespearienne en France, de 388 places assises. Le projet attire l’intérêt de metteurs en scène tels que Thomas Ostermeier, Ariane Mnouchkine et Peter Brook. Il a été présenté à Sa Majesté la Reine Elisabeth II à l’occasion de sa visite d’Etat en France en Juin 2014, et a mérité son intérêt et enthousiasme.

• Le premier bâtiment au monde en structure de panneaux CLT courbes brute sans finitions (CLT = ‘cross-laminated timber,’ des panneaux semblables a un contreplaqué à grande échelle). Montage ultra-rapide de cette structure (en 7 semaines, courant Juin-Juillet 2015).

• Le premier équipement culturel majeur en France à ventilation naturelle, avec une consommation énergétique exceptionnellement basse.

• Le projet s’entoure d’une mystérieuse multitude d’associations Shakespeariennes locales: le lieu de la Bataille d’Azincourt (à 42 kilomètres, Agincourt pour le Shakespeare d’Henry V), dont le 600ieme anniversaire coïncide avec la fin de chantier du theatre; du Camp du Drap d’Or de 1520 -pour lequel fut érigé le prototype des futurs théâtres Elisabéthains de Londres (à 35 kilomètres); et la découverte en 2014 d’un exemplaire du First Folio de Shakespeare dans la Bibliothèque Municipal de Saint Omer (à 44 kilomètres).

Performances exceptionnelles

© Martin Aryroglo

© Martin Aryroglo

Le théâtre du Château d’Hardelot est inspiré par les principes historiques du théâtre élisabéthain, il s’inscrit dans son temps. Bâtiment du XXIe siècle, il est conçu selon les exigences de son époque : écologie, sécurité, confort, accessibilité.

Le bois et la forme incurvée : l’environnement naturel et le souci de développement durable ont incité l’équipe d’Andrew Todd à imaginer une structure bois. Mais la forme ronde aura été un défi à relever. La solution a été trouvée dans les panneaux Cross-Laminated Timber. Cela résulte de l’assemblage de couches successives de bois afin d’obtenir la forme voulue. Ces panneaux en épicéa permettent d’obtenir des performances acoustiques exceptionnelles. A l’intérieur, le bois est également omniprésent. On y trouve du mélèze, de l’épicéa et du chêne brut ciré.

La cage de bambou : superposée au théâtre, elle unifie la forme extérieure de l’ensemble architectural. Le jeu d’ombre et de lumière qu’elle crée participe à l’intégration du lieu dans son environnement naturel. L’utilisation de chaumes de bambous de 12 mètres de hauteur est une première en France.

La ventilation naturelle : il s’agit du seul équipement culturel majeur en France à bénéficier d’une ventilation naturelle. Ce dispositif innovant et passif exploite les vents dominants du site et le tirage thermique du volume vertical de la salle. Les essais ont été réalisés à la soufflerie Gustave-Eiffel à Paris.

Du théâtre à l’opéra : Andrew Todd et son équipe ont imagé une double configuration : l’une théâtrale, selon les codes élisabéthain, l’autre musicale pour des pièces instrumentales et vocales. L’articulation mécanique de l’avant-scène fait apparaître une fosse d’orchestre. Elle permet de faire jouer un orchestre Mozart. Le mur scénique est mobile. Le théâtre est également équipé d’un système de pendrillons (coulisses).

La lumière naturelle contrôlée : contrairement aux théâtres élisabéthain anglais, l’architecte a fait le choix de couvrir le lieu. Néanmoins, une verrière permet de bénéficier de la lumière naturelle, par souci d’économie d’énergie. Cette verrière peut être occultée selon les besoins.

Une configuration « conférence » : la modularité du parterre permet d’optimiser le lieu pour d’autres types de rencontres comme des conférences, des séminaires, etc.

Quelques chiffres

© Martin Aryroglo

© Martin Aryroglo

Le bâtiment
28 mètres : diamètre de la cage de bambou
13,05 mètres : point culminant
19 mètres : diamètre extérieur
13 mètres : diamètre intérieur
(Les dimensions du théâtre élisabéthain du Centre Culturel de l’Entente Cordiale correspondent de très près à celles du Rose Théâtre, où Shakespeare fit ses débuts et dont les vestiges archéologiques ont été découverts en 1989)

Les spectateurs
388 places assises en configuration « élisabéthaine »
298 places assises en configuration « lyrique »
352 places assises en mode « conférence »

© Martin Aryroglo

© Martin Aryroglo

La scène
5,30 mètres de profondeur sur 8 mètres de large : dimension du proscenium
10 mètres : distance maximale entre le spectateur le plus éloigné et la scène

La configuration lyrique
8 mètres sur 6 mètres : dimension de la fosse d’orchestre
2,55 mètres : profondeur de la fosse d’orchestre
29 musiciens en fosse d’orchestre

L’accueil des artistes
2 loges collectives disposant de 7 postes et 2 loges individuelles

Le coût
6 millions d’euros financés par le Département du Pas-de-Calais

Le 7e Midsummer Festival qui se déroule jusqu’au 16 juillet 2016 est une excellente occasion pour pénétrer dans ce lieu.
http://www.digitick.com/index-css5-pasdecalais-pg1.html


Centre Culturel de l’Entente Cordiale, Château d’Hardelot
1, rue de la Source
62360 CONDETTE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 21 73 65
[themoneytizer id= »7013-16″]

 

%d blogueurs aiment cette page :