Sébastien Roche : Un Nouvel Artiste installé dans la Galerie Gogat du Touquet

Le portrait d’un artiste aux visages mystérieux…
Originaire de Lille, Sébastien peint depuis toujours et réalisera ses débuts artistiques au pastel grâce à l’influence de son père, pastelliste. Dès l’âge de 30 ans il se penchera vers l’hyperréalisme. Par la suite, il se consacrera plus sérieusement à la peinture en participant à des expositions à partir de 2006. Autodidacte, sa thématique principale repose sur l’individu et plus précisément sur sa place au sein d’un groupe. Spécialiste de la peinture figurative « non classique » riche en mystère et en interprétations, il apporte des petites touches irréelles dans ses œuvres. Portant une attention particulière aux ressentis du spectateur, Sébastien désire que celui-ci mène sa propre enquête tout en imaginant sa propre histoire.

Il dessine principalement des portraits mystérieux qui ont la particularité d’être « sans visages » sous fonds colorés. Depuis 2010, l’Artiste joue ainsi avec cette constante dans son travail mais, récemment ressentant de nouveaux besoins au niveau pictural, il s’est alors lancé dans un tout nouveau style. Ainsi, son travail artistique a pris un nouveau virage vers des oeuvres plus figuratives et classiques (vêtements, plis, aspect du visage et part de mystère) en témoignent ses nouveaux « sans visages ». Lors de la réalisation de ses œuvres, il utilise essentiellement la peinture acrylique (pour son séchage rapide) et travaille également à l’encre pour réaliser la « partie visage » et nous a avoué que c’était son moment préféré (la partie abstraite de son travail).

Grand passionné d’histoire, de généalogie et de photographies anciennes (en l’occurrence celles des années 20), il a effectué de nombreuses recherches iconographiques relatives aux grands événements de l’époque. La photographie a ainsi lancé le début de son travail artistique et a fait naître sa célèbre série « Taken at Central ». On dénombre d’ailleurs 21 toiles sur ce thème nous offrant un voyage dans le temps entre 1912 et 1948 à Sydney.

Reconnu pour ses oeuvres « sans visages », Sébastien a ainsi peint le portrait de personnages identifiés (aux noms issus de la série « Taken at Central » : des malfaiteurs) dans le temps mais, qui restent aujourd’hui des anonymes disparus depuis un siècle entier ! Ce choix de thématique fut influencé par ces personnages très stylisés à l’origine, reproduis quelques fois en grand nombre (colonie, groupe). En effet, inspiré par les « mug shots » : (les photographies anciennes de détenus capturées lors de leur arrestation au sein de cellule du poste de police de Sydney durant les années 20, par un policier photographe australien),Sébastien a ainsi décontextualisé ces personnages, en les représentant seul sur un fond coloré en ajoutant des inscriptions (patronymes de la personne) tout en apportant une touche énigmatique (succession des chiffres et lettres, description physique). Ainsi, d’un côté il donne une identité tout en la lui retirant de l’autre. D’ailleurs, il nous a confié achever toujours sa toile par les inscriptions par nécessité de composition et pour ajouter sa part mystérieuse. De plus, la posture de ses personnages donne une force incroyable à la photo : « les corps parlent ». Ses portraits jouent ainsi indéniablement un rôle majeur de l’esthétisme tout en renfermant de nombreux questionnements. Il a d’ailleurs fait le choix de les peindre sans visages afin de susciter l’imagination et particulièrement l’imaginaire dans les yeux du public : « il appartient au spectateur de faire sa propre lecture de l’œuvre proposée selon son vécu et sa position ».

Zoom sur les œuvres installées récemment dans la Galerie Gogat…
Les œuvres figurants au sein de la galerie Gogat font partie de la série intégrale intitulée « Taken at Central » représentant des malfaiteurs australiens. Par ailleurs, Sébastien nous a révélé que deux innocents se cachaient parmi les 21 œuvres installées à vous de mener l’enquête : « coupable ou innocent ? » Ces portraits « sans visages » au charme criminel (costumes ,pardessus, cravate, nœud pap’) et à l’apparence respectable, possèdent des accessoires luxueux (chapeaux cloches, borsalino…). Sébastien donne ainsi des couleurs à ces photographies oubliées et les « réveille » en dessinant ses œuvres aux caractères « délictueux, énigmatiques et oubliés ». Ses recherches historiques liées à ces photos lui ont notamment permis d’assouvir sa curiosité en se replongeant dans le passé, en visitant leurs histoires. D’ailleurs, il reconnaît être chanceux d’avoir non seulement découvert ces clichés mais également d’avoir une intime proximité avec ses toiles, puisqu’il est le seul à connaître les visages des toiles peintes. Enfin, parmi ses Maîtres figurent surtout Magritte surnommé le « Maître du surréalisme » pour son esthétisme et sa technique et Francis Bacon (déstructuration des visages).

Pour découvrir ces fameux portraits suspects et retrouver les 2 « innocents » rendez-vous à la Galerie Gogat du Touquet
17 Place de l’Hermitage 03 21 05 86 91