Portrait du Photographe Naturaliste Frédéric Larrey « Larrey » sur image

Publié par Nicolas CHALMIN le

Artiste autodidacte depuis près de 15 années, sa passion pour la photographie et la nature est née dès l’adolescence. Une passion particulière pour l’ornithologie partagée par son frère qui fut transmise par leur père. Cet engouement fut notamment marqué par sa rencontre amicale avec Thomas Roger sur les bancs du collège.

Un chemin qui s’est tracé à la faculté…

Après de longs voyages universitaires (en Norvège et en Ecosse) réalisés dans le cadre de ses études de Biologie et de longues escapades situées dans le sud de la France Frédéric a pu réaliser ses premiers projets artistiques. Ses expositions photographiques sont d’ailleurs mises en lumière au sein de son Association « Regard du Vivant » créée en 2001. Cette Association rassemble une équipe de 5 artistes : son ami photographe Thomas Roger, son frère Olivier Larrey, Photographe, Maxime Briola Photographe et enfin Aurélien Guay, Chargé de communication. Il a par ailleurs également effectué un stage universitaire afin d’étudier les oiseaux au sein de l’Association LPO (Ligue Protection Oiseaux) où il s’est rendu sur l’île de Ré et à Montpellier. Cette culture naturaliste est ainsi marquée par une transmission entre naturalistes et chercheurs et par un travail de terrain.

Une opportunité unique de raconter l’histoire des merveilles préservées côtières et lacustre…

Après avoir réalisé un portrait aérien de l’ensemble des sites préservés dans l’hexagone et dans certaines régions d’outre-mer (Guyanne,Mayotte,Martinique,Guadeloupe, Réunion) pour le Conservatoire du Littoral à l’occasion de son 40ème anniversaire de nombreuses interrogations fusent sur ce long périple ! Il nous a dévoilé sa volonté de raconter cette histoire vécue intensément avec beaucoup d’émotion tel un scénariste naturaliste.

Les moyens techniques utilisés

hydravionSes clichés furent réalisés avec un nouveau boîtier Leica S (capteur moyen format) qui permet des optiques d’une qualité inégalée avec une définition exceptionnelle mais surtout de géolocaliser toutes les photos en facilitant l’archivage. On dénombre environ 200 000 photos captées sur près de 400 heures de vol passées. C’est à bord d’un ULM à basses altitudes (150m) que ses photos furent réalisées. L’ULM permet non seulement de voler face au vent mais également de saisir une importante production de photos en aérien. Le photographe a ainsi suivi plus de 5000km de côtes et avait des périmètres déterminés par le Conservatoire du Littoral (Cartes). En permanente collaboration avec différents pilotes professionnels à chaque étape, Frédéric fut impressionné par son cadre de travail aérien assez risqué et atypique. Malgré tout, son attention fut mobilisée par la prise de vue. Il travaillait surtout durant les forts coefficients de marées afin de saisir une lumière homogène,des tons de lumières très riches et très décomposées (brûmes Baie de Somme et Authie). Grâce à la qualité de lumière des débuts et des fins de journées, le photographe a pu dévoiler sa vision idyllique des sites, en nous offrant un regard novateur du littoral.

L’observation d’un homme qui sublime la beauté de la nature

Lors de cette exploration aérienne Frédéric a pu observer des paysages très différents et variés aussi bien ceux situés en Outre-Mer que ceux dans l’hexagone. Il fut le plus marqué par la zone découverte des marées : l’estran et par l’esthétisme des dessins situés sur la vase, les motifs, les courants, les vents…. Il a aussi apprécié observer le travail des coefficients élevés des marées, la façon dont s’organisait la matière (vase, végétation…) c’est-à-dire la surface de l’eau, ses motifs graphiques, le travail de l’érosion, et enfin distinguer les zones les plus naturelles peuplées d’oiseaux.

En Normandie, il a pu notamment découvrir les bancs de phoques et d’autres animaux marins (baleines, tortues, dauphins) en Baie de Somme et Authie. Cette expérience unique à vivre permet de sensibiliser l’homme à son milieu naturel et d’apporter un nouveau regard du littoral très surprenant. Par ailleurs,ses clichés capturées à très basses altitudes dévoilent le plus grand nombre de détails graphiques possibles afin de montrer la diversité des formes du littoral.Ce littoral sauvage et naturel est marqué par un ensemble de paysages comparables à ceux du bout du monde. Ses photos tendent au besoin de préserver ce milieu dotés de petites parcelles, de milieux fragiles et rares. Et d’aller vers quelque chose de « positif » en dévoilant cette beauté naturelle des paysages.

Une déconnexion à la réalité…(Caractéristiques des clichés)

Tel un peintre, il dresse un portrait du Littoral avec ses différents visages reflétant une   déconnexion de la réalité. En rendant hommage à la matière (vase, végétation, animaux) Frédéric souhaite montrer une « peau du littoral » à l’état le plus brut possible. Il fut par ailleurs impressionné par la nature qui produit de nombreuses courbes. (« en Guyane les côtes sont très sauvages et évoluent très rapidement tandis qu’en France elles sont plus maîtrisées »). Après cette longue observation côtière, le photographe a pu montrer à quel point les forces naturelles étaient plus fortes que celles maîtrisées par l’homme. Durant son histoire poétique, le photographe nous confie sa volonté de mettre en lumière un environnement esthétique avec une touche de lyrisme.

Petites anecdotes dévoilées durant ce joli voyage à bord d’un ULM…

Durant son expédition, en Corse, où il est resté pour une mission de deux semaines,

,son véhicule a été trafiqué ! (roue déboulonnée) Subjugué malgré tout par la beauté des côtes sauvages en Corse particulièrement bien préservées contrairement à celles situées en Côte d’Azur, Frédéric a ainsi pu constater un partage très inégal de la côte. Enfin, l’artiste co-pilote nous confie avoir apprécié le travail avec les pilotes qui maîtrisaient beaucoup de turbulences notamment en Martinique. Durant ce voyage, l’omniprésence du goût pour la prise de risque, de vivre des moments précieux et uniques furent au rendez-vous… D’ailleurs ,le fait de survoler les côtes à si basses altitudes a permis aux pilotes de redécouvrir leurs propres paysages avec beaucoup d’émotions face à la beauté des paysages.

Des sensations fortes ressenties lors des vols….

Après avoir passé plus de 400 heures de vol, le photographe nous confie avoir eu beaucoup d’appréhension durant les vols engagés notamment dans la forêt en Guyane. Bien qu’ayant conscience du danger encouru Frédéric oublie le risque lors de ses prises de vue « l’environnement disparaît » où le plaisir de recherches et l’attirance pour les paysages prennent vite le dessus. Ce voyage magnifique lui a offert la chance de pouvoir contempler avec émerveillement au plus près ces paysages. Il était d’ailleurs de façon permanente en communication avec le pilote. Les missions journalières pouvaient durer entre 20 heures et 30 heures.

D’autres projets prévus après cette histoire planante riche en émotions et en couleurs…

Après ses 42 expositions sur les merveilles du littoral dans toute la France et dans les départements d’Outre-Mer et la publication de son livre « Littoral, 40 ans de merveilles préservées » Frédéric reprendra de l’altitude et partira explorer cette fois-ci les lacs du Massif Central durant le printemps.

Une chose est sûre on ne pourra pas l’arrêter de nous transporter dans son univers onirique qui donne envie de se balader, se perdre au cœur de la nature entre terre et mer…


Rédaction de Marion Dupuich
Correspondante Locale de presse écrite.
Conseillère en séjour touristique de formation, je suis également correspondante locale de presse au sein du journal « Les Echos du Touquet ».
J’aime écrire des articles dédiés à la culture et au patrimoine afin de valoriser notre région et les personnes qui y contribuent. C’est un travail très enrichissant qui me permet non seulement de rencontrer des personnes d’horizons très différents (musiciens,photographes, œnologues,guides touristiques, animateurs du patrimoine, archéologues…) mais également d’éveiller encore plus mon esprit vers l’inconnu de façon enrichissante. A l’avenir, j’aimerais beaucoup réaliser des articles sur des auteurs littéraires et je souhaiterais également me spécialiser dans la rédaction d’articles en rapport avec le tourisme.
Catégories : Art / Galeries

%d blogueurs aiment cette page :