La Chine désire en finir avec les établissements de jeux sur Internet

Publié par Maxime Beggiato le

Les données relevées par Asia Sentinel dévoilent l’importance de la répression : près de 11 500 personnes arrêtées, 368 sites de jeux d’argent supprimés et des saisies d’argent d’une valeur de trente-deux milliards de dollars, d’après un communiqué de presse de l’Etat chinois.

On ne sait pas encore l’impact que cela aura sur les entreprises de jeux offshores en pleine croissance dans les pays alentours – ou, même, celui sur les joueurs chinois qui positionnent des paris sans bouger de leur canapé. Ce qui peut être sûr c’est que cela permettrait de réduire la proportion de joueurs excessifs. La déclaration du gouvernement ne précise pas les zones où les jeux d’argent illégaux sont présents.

En août dernier, l’Ambassade de Chine s’est plainte aux Philippines des opérations offrant la diffusion sur le net, via des studios vidéo, des jeux d’argent de genre casino conçus pour les étrangers. Par l’intermédiaire de cette plainte, l’Ambassade a lancé un avertissement fort, selon lequel l’univers des jeux sur internet en plein développement, drainait plusieurs millions de renminbi via des banques souterraines et des entreprises blanchisseuses d’argent. Cela représenterait une menace quant à la sécurité et la supervision de la Chine. Dans ce sens, l’Ambassade souhaite augmenter les mesures dont l’objectif est de supprimer les jeux illégaux. Les citoyens jouant à des plateformes étrangères pourraient commettre des actes criminels. De plus, ces mesures serviront à réduire le nombre d’arnaques d’argent sur le net, même s’il est possible de contrôler la fiabilité d’une plateforme via des sites spécialisés.

Les Philippines au coeur de la répression

Jusqu’à maintenant, Rodrigo Duterte, homme d’Etat aux Philippines, n’a pas ordonné la fermeture des établissements qui ont permis de devenir une source importante de devises provenant de l’étranger. L’an passé, apparemment suite à un avertissement de l’Ambassade Chinoise, la police du Cambodge aidée de la Chine, a arrêté au total cent-vingt-sept ressortissants chinois accusés de diriger une entreprises non-légale de jeux d’argent sur le net et d’extorsion. Hun Sen, ancien Premier ministre du Cambodge a donné l’ordre de fermer l’industrie du jeu, engendrant une crise de l’immobilier à Sihanoukville. A présent, toutefois, il paraîtrait que l’industrie du jeu est de nouveau présente au Cambodge, malgré les ordres de la Chine.

Macao, unique ancrage des jeux d’argent

Sur le territoire chinois, les jeux d’argent ne sont permis que dans l’ancienne enclave portugaise de Macao. La proposition à l’intérieur du pays de jeux d’argent destinée pour les étrangers est totalement interdite, elle ne doit s’adresser qu’aux habitants. Mais il est certain que la nouvelle s’est bien répandu à travers la population de Chine.

Conclusion

Au final, la répression a servi pour clôturer 187 sites de paiement et banques illégales, de saisir près de deux-cent-vingt-mille cartes bleues, de geler près de vingt-huit-mille comptes et d’identifier près de deux-cents-trente milliards de RMB de fonds. 

Catégories : Economie

0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :