Emploi Ile-de-France : de nouvelles opportunités grâce à l’écologie

Publié par Maxime Beggiato le

En dehors des classiques métiers en rapport avec les économies d’énergie ou le recyclage, la majorité des sociétés se mettent à présent à concevoir des postes en rapport avec la transition écologique, en Île-de-France. Découvrons cela de plus près.

De nouvelles opportunités ?

Le marché de l’emploi est-il en train de passer au vert en Île-de-France ? Si on regarde les chiffres de plus près, la réponse semble affirmative. D’après un rapport de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme en 2016, ce développement vers l’écologie devrait permettre la création de près de cent cinquante mille emplois supplémentaires, lors de l’année 2020.

Dans un avenir proche, tous les emplois auront un rapport avec l’environnement. Les filières consacrées à l’écologie ne sont pas les seules à évoluer. Le souci de l’environnement est présent auprès de toutes les sociétés, même dans des secteurs qui ne présentent aucun rapport avec l’écologie tels que l’automobile ou l’aéroportuaire.

Afin d’aider à cette évolution, la région a payé environ 1 500 places de formation en rapport avec le développement durable. Parmi les cursus disponibles, on y voit des secteurs autant variés que les énergies renouvelables, l’aménagement paysager, l’entretien ou la production maraîchère. Des métiers traditionnels, pour la majorité, qui sont abordés sous le point de vue écologique.

L’installation de panneaux photovoltaïques

Perdu en plein cœur d’une forêt, le centre aquatique de Saint-Pierre-lès-Nemours possède des allures de champs de bataille. Et cela pour une raison, le village de Seine-et-Marne tente de métamorphoser le parking de la piscine en espace réservé aux centrales photovoltaïques, pour chauffer les bassins. Franc Raffali de la société Sys ENR, spécialisé dans la fabrication de panneaux solaires, entreprend le chantier.

Envieux de garantir la forte évolution que rencontre le secteur des énergies renouvelables, ce PDG souhaite recruter du personnel dans son équipe. Lors de l’année 2020, il compte engager une vingtaine de salariés en plus : des ouvriers pouvant travailler sur le terrain, mais aussi des encadrants. De la petite formation en bâtiment jusqu’aux études en ingénierie, les profils dont a besoin l’entreprise sont variés et les débouchés très nombreuses.

Le recyclage de palettes

Devant la société PMO, positionné à Ris-Orangis, les palettes de bois s’entassent par milliers. Provenant de supermarchés ainsi que de restaurants, elles sont de toutes les tailles. Près de six mille à dix mille palettes rentrent tous les jours et l’entreprise en revend 1,5 millions chaque année, à peu près.

Les palettes sont triées puis réparées ou démontées afin de servir de pièces détachées. Les chutes de bois sont broyées et permettent d’alimenter les chaufferies commerciales. La démarche de PMO consiste à recycler intégralement ce célèbre produit en bois. Dernièrement, elle tente de développer la conception de palettes sur-mesure.

La société désire donc acquérir un second site dans le milieu afin d’étendre son activité. Engageant actuellement sept personnes, elle a pour objectif de doubler les effectifs. Pour le moment, elle est en quête d’un cariste, un chauffeur et deux trieurs-réparateurs de palettes. Pour ce dernier poste, aucune formation n’est demandée, mais il faudra faire preuve de force physique.


0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :